la Roche de Grette

 

LA ROCHE DE GRETTE

 

 

            La tradition orale et la toponymie conservent souvent la trace des civilisations disparues. Ainsi cette roche en grès schisteux rouge a donné son nom à l'endroit où elle gît. Aujourd'hui Roche-de-Grette, elle fut autrefois connue sous le nom de la Roche de Grée (1646).

 

            la roche de Grette.

            On la voit au bord de la route, dans le talus, marquant l'accès du lieu-dit la Roche de Grette.

            Quelques centaines de mètres au nord de la forêt de Trémelin, en direction du bourg d'Iffendic, ce bloc mégalithique abattu, a été poussé au bord d'un champ par le remembrement. Il pourrait s'agir d'un ancien menhir, mais le déplacement de la pierre en a fait disparaître les indices. 

            Ses dimensions sont d'un mètre de longueur sur environ 80 cm d'épaisseur.

gros plan du bloc, face nord

 

            L'origine de ce mot "grette" viendrait du verbe gratter, désignant une terre devant être débarrassée de ses cailloux avant d'être mise en culture. Beaucoup de lieux-dits portent le toponyme de grette, souvent associé aux mots butte ou tertre, évoquant par là l'empierrement des cairns recouvrant d'anciens mégalithes. Autre explication possible, il s'agit une déformation du mot grès désignant la texture de la roche.

          Dans les propriétés voisines, des blocs épars peuvent nous laisser croire que la Roche n'était pas seule mais qu'elle faisait partie d'un ensemble aujourd'hui disparu.

 bloc de 1 m dans une propriété voisine

 

*     *

*

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site