mégalithes près de la chapelle Saint-Barthélémy

menhirs de Saint-Barthélémy

.

               Sur le bord de la route d'Iffendic à Saint-Péran, au sud-ouest de la forêt de Trémelin, se trouve la chapelle Saint-Barthélémy, de son vrai nom Saint-Barthélémi du Pré à l'Aoust. L'édifice fut construit en 1833 sur l'emplacement d'un oratoire datant de 1153, propriété des seigneurs de Montfort.

               Jusqu'au XIXème siècle, chaque 24 août, les habitants de la région s'y rendaient en pélerinage pour invoquer le Saint ainsi que Saint-Martin de Tours. Ce pélerinage conduisait de la chapelle au menhir du Pas-Saint-Martin, à l'étang de Trémelin, tout proche.

               A une époque récente, on pouvait encore voir près de la chapelle de gros blocs de schiste sur lesquels, à ce que dit la légende, était gravé le pas de Saint-Martin. Sur les vues anciennes ci-dessous, on aperçoit ces pierres au premier plan.

blocs au premier plan (à droite et à gauche)

les blocs, juste à gauche de la chapelle

               Il pourrait s'agir de pierres à bassin destinées à recueillir l'eau de pluie afin de procéder à des cultes rituels.  Aujourd'hui, ces pierres ont disparu mais il reste un empilement de blocs de poudingue près du pignon est de la chapelle, qui pourraient correspondre à d'anciens mégalithes détruits, et poussés en limite de champ.

              

                                                  les pierres ont disparu...

 

                                                mais il reste un empilement de blocs de poudingue, à l'arrière de la chapelle.

               Sur ce site de Saint-Barthélémy, nous sommes sans doute ici en présence d'une christianisation d'anciens mégalithes, le culte païen ayant été remplacé comme souvent par celui d'un Saint Guérisseur. La mise à terre des menhirs, l'édification de la chapelle et le réinvestissement des propriétés magiques du lieu (pélerinage annuel) en sont autant de témoignages. (voir également rubrique Perchebise, culte des sources).

               Saint-Barthélémy était invoqué pour aider à la cicatrisation des blessures. Il avait également le pouvoir de chasser les démons du corps de l'homme et des animaux (c'est-à-dire toutes les maladies provoquant des convulsions, considérées autrefois comme diaboliques, pensons à la fameuse vache folle).

*          *

*

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site